↑ Revenir à Pierre Ronco

Nouveaux acteurs dans les maladies kystiques du rein

Nous nous intéressons à plusieurs protéines impliquées dans la ciliogénèse et le cycle cellulaire Anks6, Anks3 et MMP9-DEx2.

figure groupe Lelongt 1Anks6 est une protéine dont la structure suggère qu’elle est capable d’interagir avec d’autres protéines. Les mutations d’Anks6 conduisent à une polykystose chez le rat et la souris et à une néphronophtise chez l’homme sans que son mode d’action soit encore connu.

figure groupe Lelongt 2

Pour préciser son rôle, nous avons cherché à identifier des partenaires et nous avons montré qu’Anks6 interagit avec Anks3, une protéine de la même famille. L’objectif de notre recherche est de préciser les mécanismes d’action d’Anks6 et d’Anks3 sur la formation de kystes rénaux à l’aide de modèles in vivo et in vitro.

La MMP9-DEx2 est un variant d’épissage de la MMP9. L’ARN est présent dans le rein in vivo. La protéine est localisée dans les nucléoles, dans les cils, les centrosomes et les corps intermédiaires des cellules en division. Son inhibition par shRNA accélère l’adhérence des cellules, induit une augmentation du nombre et de la longueur des corps intermédiaires de cytodiérèse et une augmentation du nombre de cellules multinuclées.

figure groupe Lelongt 3

Ces modifications s’accompagnent d’une diminution de l’acétylation de la tubuline. La MMP9-DEx2 pourrait donc avoir un rôle dans la cancérogénèse et dans le développement de ciliopathies comme la polykystose, le cil étant une structure riche en tubuline acétylée.