↑ Revenir à Christos Chatziantoniou

Calpaines : Inflammation, réparation et vieillissement du rein

Les calpaïnes 1 et 2 sont des protéases intracellulaires ubiquitaires. Elles participent au développement de la réaction inflammatoire en permettant la mobilisation et l’activation de cellules immunitaires. Leur action est limitée par un inhibiteur, la calpastatine, qui est également ubiquitaire. Notre équipe étudie depuis de nombreuses années l’implication des calpaïnes dans l’inflammation et a développé dans ce but des souris transgéniques dont tous les tissus sur-expriment la calpastatine (souris CalpTG), ce qui permet de limiter l’activité des calpaïnes. Cet outil nous a permis de démontrer que l’activation des calpaïnes participe aux lésions inflammatoires observées dans différents modèles d’atteinte rénale tels que  glomérulonéphrite aiguë et hypertension artérielle.

I.  Projet calpaïnes et vieillissement
Nous avons récemment observé que les souris CalpTG sont protégées contre les lésions liées au vieillissement, notamment le vieillissement rénal, vasculaire et cutané. Un brevet protégeant cette invention a été déposé en 2012.
Nous étudions actuellement les mécanismes moléculaires responsables à la fois de l’activation des calpaïnes et de la fonction des calpaïnes au cours du vieillissement tissulaire.

II.  Projet calpaïnes extracellulaires et résolution de l’inflammation
Les calpaïnes sont des protéases intracellulaires mais dont une petite partie peut être externalisée dans certains contextes. Nous avons observé que les calpaïnes extracellulaires exercent paradoxalement un rôle anti-inflammatoire en modulant l’expression de cytokines pro-inflammatoires. Un second brevet protégeant cette invention a été déposé en 2013. Nous cherchons actuellement à déterminer les mécanismes moléculaires par lesquels les calpaïnes sont sécrétées et par lesquels les calpaïnes extériorisées contrôlent l’expression de cytokines.